Limiter les atteintes à l’environnement sur une zone sensible nécessaire aux oiseaux migrateurs. | J'agis pour la nature
logo fnh
baseline fnh
image entête page Limiter les atteintes à l’environnement sur une zone sensible nécessaire aux oiseaux migrateurs.

Vous êtes ici

> Succès > Limiter les atteintes à l’environnement sur une zone sensible nécessaire aux oiseaux migrateurs.

Limiter les atteintes à l’environnement sur une zone sensible nécessaire aux oiseaux migrateurs.

Ce printemps, la réserve Naturelle Nationale de Moëze-Oléron a organisé une opération pour limiter le dérangement des oiseaux migrateurs durant une période essentielle de leur cycle biologique : la migration.

La réserve Naturelle Nationale de Moëze-Oléron

La réserve Naturelle Nationale de Moëze-Oléron, créée en 1985, est un site stratégique pour l’hivernage et la migration des nombreux oiseaux. En effet, elle constitue une étape importante sur la grande voie de migration, située entre le paléarctique nord où nichent de nombreuses espèces et l’Afrique de l’ouest où elles hivernent. Ce site accueille 270 espèces d’oiseaux, dont la majorité est hivernante ou migratrice.

Grande mobilisation de bénévoles

Au total, ce sont 8 bénévoles qui se sont relayés en limite de zone sensible (la réserve intégrale) pour prévenir les atteintes à l’environnement sur une zone sensible nécessaire aux oiseaux migrateurs. Chacun d’eux a également participé à l’accueil du public sur la réserve tous les jours, de 15h à 19h (sauf le samedi), et aux animations nature. Sur 6 semaines, cela représente 144 heures de permanences et 1297 personnes sensibilisées.

Un dérangement anthropique fortement limité

La présence quotidienne des bénévoles a permis de limiter les atteintes à l’environnement sur une zone sensible nécessaire aux oiseaux migrateurs de la voie de migration Est-Atlantique. Ainsi 5 à 10 infractions sur la réserve intégrale ont été évitées par jour (accès interdit, pêche interdite…). Dans le même temps le reposoir d’oiseaux d’eau n’était pas (ou peu) soumis au dérangement, ce qui a permis aux oiseaux migrateurs d’assurer une phase de repos indispensable à leur cycle biologique.

Témoignage

Témoignage de Camille L. et Yannick S – bénévoles en août 2018

« Durant l'été 2018 nous souhaitions réaliser un écovolontariat afin de découvrir en quoi cela consistait, car le concept de "vacances utiles" nous intéressait fortement.  […] Nous avons opté pour la LPO à Moëze-Oléron car c'était l'option qui nous intéressait le plus. Cet écovolontariat a été très enrichissant […]. 

D'une part en terme de connaissance, grâce à la compétence et la passion des 2 gardes-techniciens qui ont pu nous expliquer en détail le fonctionnement de la réserve, mais aussi pour la partie naturaliste où nous avons appris beaucoup sur l'ensemble des espèces présentes sur la réserve.

Et d'autre part en terme de notre compétence en relationnel, qui n'a fait que s'améliorer au cours des 3 semaines. Nous avons appris à sensibiliser tous types de profils de personnes en adaptant notre discours afin de toucher chacun et expliquer en quoi il est primordial de conserver cette réserve. »

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez retrouver des informations complémentaires sur la structure et les actions qu'elle propose.

Cette action a été soutenue par une prime "J'agis pour la nature".

partager
icone partage facebook icone partage twitter icone partage mail
icone partage print