Protection des amphibiens en Meuse : chantiers de bénévoles | J'agis pour la nature
logo fnh
baseline fnh
image entête page Protection des amphibiens en Meuse : chantiers de bénévoles

Vous êtes ici

> Succès > Protection des amphibiens en Meuse : chantiers de bénévoles

Protection des amphibiens en Meuse : chantiers de bénévoles

Pour limiter la mortalité des amphibiens traversant les routes dans le sud de la Meuse, deux chantiers bénévoles ont permis les 8 et 13 mars d’installer deux barrières-pièges à amphibiens. En parallèle, deux soirées de sensibilisation ont été menées sur un troisième site sensible afin de mobiliser une nouvelle équipe de bénévoles.

La première action : installer des barrières pièges pour protéger les amphibiens

 Des filets dirigent une grande partie des individus qui migrent vers des seaux, enterrés jusqu’au bord supérieur. Les amphibiens sont ensuite ramassés quotidiennement  par les bénévoles  de l'association Meuse Nature Environnement (une dizaine aidé d'une vingtaine d'élèves) pendant environ 6 semaines et emmenés de l’autre côté de la chaussée où se situe l'étang de reproduction. Les opérations de terrain (montage, ramassages matinaux voire en soirée, démontage, suivi) sont assurées par des équipes de bénévoles coordonnées par un bénévole par site.

Un exemple de barrière piège installé

La  deuxième action : sensibiliser les habitants  sur la commune de Lignières-sur-Aire

En février, une soirée d’information a permis de sensibiliser 5 habitants à la problématique. Début avril, une soirée avec 15 habitants a permis d’aller vérifier l’hécatombe et de découvrir les amphibiens présents sur le site (rivière et prairie inondable). Une troisième rencontre est envisagée à l’automne pour réfléchir à la mise en œuvre d’une barrière en 2019.

Une photo du Triton alpestre, crédit photo : Meuse Nature Environnement

Bilan : lors de ces ramassages, ce sont au moins 9000 Crapauds communs qui ont été ramassés, une petite centaine de Grenouilles rousses et une trentaine de Tritons alpestres.

L’espèce de loin la plus concernée par ces dispositifs est le Crapaud commun (Bufo bufo), mais aussi la Grenouille rousse (Rana temporaria), le Triton alpestre (Ichthyosaura alpestris) et l’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans), classées LC « Préoccupation mineure » sur la liste rouge des amphibiens de France et de Lorraine.

Grâce à la protection de ces individus, l'association a pu effectuer un inventaire qualitatif et quantitatif d’une partie des populations d’amphibiens migrant vers ces étangs, comparer ces populations au fil des années, renseigner sur la présence de couloirs migratoires et ajuster la pose des filets et donc évaluer la pertinence de ce dispositif, qui jusqu’à présent semble opportun/nécessaire.  Ainsi en avril, Meuse Nature Environnement a  observé des crapauds communs, pontes de grenouilles rousses, tritons palmés et alpestres. Des salamandres auraient été observées dans la forêt par des habitants, c’est une donnée à confirmer.

Bref, un succès pour la biodiversité !
 

Une photo du Crapaud commun, crédit photo : Meuse Nature Environnement

Cette action de l'association Meuse Nature Environnement a été primée par "J'agis pour la nature" pour son impact possible direct sur les amphibiens, bravo à eux !

partager
icone partage facebook icone partage twitter icone partage mail
icone partage print